LES ÉLÉMENTS DE L’EXPRESSION AUDIOVISUELLE


Le « vocabulaire »

L’audiovisuel est un véritable mode d’expression que l’on pourrait comparer au langage. 

Un film se construit donc à l’aide d’une sorte de « vocabulaire » particulier. Avec des lettres, on construit des mots, puis des phrases, avec lesquelles on construit une histoire.

Avec des images, on construit des plans, puis des séquences, avec lesquelles on construit un film. 

Plan

Le plan est l’élément le plus simple : il présente une image continue, fixe ou en mouvement.

Le « Plan de tournage » commence quand vous appuyez sur le bouton rouge « REC » et s’arrête quand vous interrompez le tournage en appuyant une seconde fois sur le bouton rouge. Ainsi, à chaque fois que vous lancez l’enregistrement d’images avec votre caméscope, puis que vous l’arrêtez, vous enregistrez un nouveau plan sur la bande.

Le « Plan de montage » commence par un « point d’entrée » et finit par un « point de sortie » (voir plus loin). Un film est le résultat du montage d’une suite de plans différents qui se succèdent dans un certain ordre, décidé par le monteur et le réalisateur au cours du montage.

Chaque plan est constitué d’une succession continue d’images fixes. Il faut 25 images pour enregistrer une seconde de film. Avec la vitesse de défilement de ces images fixes, nous avons l’impression du mouvement. Chaque image à son numéro propre, le « time code ».

Séquences

On considère généralement qu’une séquence est constituée d’une succession de plans dont l’action se déroule dans un même temps et un même lieu. On parle également de continuité spatiale et temporelle.

Pour tout projet de film, il faut déterminer :

• ce que l’on va filmer : le choix du sujet (voir chapitre précédent : la préparation)

• ce que l’on montre à l’image : la valeur du cadrage, la composition du cadre, et l’axe de prise de vue.

• comment on va filmer : le choix des mouvements de caméra.

LES VALEURS DE CADRAGE

Il est impératif de tourner en pensant toujours au montage que l’on devra effectuer ensuite. Cela influe principalement sur le choix des axes de prises de vue, mais aussi d’une manière plus générale, sur ce que l’on choisit où non de montrer à l’image : le choix du cadre.

Lorsque l’on choisit un cadre, on choisit la valeur du plan.

La valeur d’un plan correspond à la taille qu’occupe le sujet principal au sein de l’image. On distingue traditionnellement six ou sept valeurs différentes. Chacune de ces valeurs provoque un effet différent sur les spectateurs.

PLAN D’ENSEMBLE

Il cadre un ou plusieurs personnages avec l’environnement.

PLAN MOYEN

Il cadre un ou plusieurs personnages des pieds à la tête.

PLAN AMÉRICAIN

Il cadre le personnage à la mi-cuisse. Il marque l’action des bras (comme dans les westerns).

PLAN RAPPROCHÉ

Il cadre le personnage à partir de la ceinture. Il isole le sujet.

PLAN RAPPROCHÉ POITRINE et PLAN RAPPROCHÉ ÉPAULE

Cadre le personnage à hauteur de la poitrine ou des épaules.

GROS PLAN

II cadre la tête du personnage et sert à mettre le visage en valeur.

TRÈS GROS PLAN

Il cadre un détail et sert à le mettre en valeur. Il peut marquer une émotion intense.

INSERT

Très gros plan sur un objet.

LA COMPOSITION DU CADRE


Il est impératif de tourner en pensant toujours au montage que l’on devra effectuer ensuite.

Cela influe principalement sur le choix des axes de prises de vue, mais aussi d’une manière plus générale, sur ce que l’on choisit où non de montrer à l’image.

Une composition soignée du cadre permet de dynamiser l’ensemble d’une séquence. Tout l’art de la composition consiste à trouver un équilibre entre les éléments qui composent le cadre.

Le cadrage horizontal

Lorsque l’on cadre un personnage en plan d’ensemble, en plan moyen, ou en gros plan, il faut veiller à laisser suffisamment de place au-dessus de la tête du personnage pour que le cadre soit harmonieux. 

Direction du mouvement

Lorsque vous filmez un sujet en mouvement, même si vous accompagnez ce mouvement grâce à un panoramique ou un travelling, il vaut mieux laisser de l’espace devant le sujet. Dans le cas contraire, on aura l’impression que le personnage bute continuellement sur le bord du cadre. Le fait de laisser plus d’espace devant le sujet que derrière lui permet ici encore de d’obtenir une composition plus dynamique, en anticipant le mouvement.

Direction du regard

Cette règle vaut aussi pour la direction du regard d’un personnage fixe. Il vaut mieux aérer le regard en plaçant le personnage du côte opposé à celui de la direction du regard. D’une certaine façon, bien que ce qu’il voit n’est pas directement apparent, le regard meuble le cadre et équilibre la composition. Dans le cas contraire, non seulement le regard bute sur le bord du cadre, mais l’autre partie semble désespérément vide, créant un déséquilibre évident.

LES AXES CAMERA

La distance entre la caméra et le sujet, ainsi que la longueur focale, permettent de modifier la valeur d’un plan. Mais la caméra peut également avoir une position plus ou moins haute ou basse par rapport au sujet.

Lorsque la caméra pointe vers le bas, on parle d’un plan en plongée.

Le plan en plongée sur un personnage crée un effet d’écrasement qui permet de souligner sa vulnérabilité.

En plan général il permet d’accentuer l’immensité d’un lieux. 

Lorsque la caméra est plus basse que le sujet et filme vers le haut, on parle d’un plan en contre-plongée.

Cela grandit les personnages et donne un effet dramatique.

Lorsque la caméra remplace la vue d’un personnage, on parle de prise de vue subjective.

Lorsque la caméra filme l’action d’un point de vue extérieur, on parle de prise de vue objective. C’est la situation la plus courante.

LES MOUVEMENTS DE CAMERA

Plan fixe

Le plan ne bouge pas. Il est conseillé de faire la majorité des plans de cette manière : trop souvent les films de « débutants » présentent des images en mouvements permanents, et sont difficiles à regarder. Cependant il est très rare qu’un film soit composé uniquement d’une succession de plans fixes.

Panoramique

Le panoramique consiste à faire pivoter la caméra sur son axe. Concrètement, ce mouvement s’effectue de gauche à droite, de droite à gauche, ou encore de haut en bas ou de bas en haut. On distingue ainsi un panoramique horizontal d’un panoramique vertical.

Le panoramique peut être utilisé pour découvrir un paysage. Le panoramique est également utile pour suivre un sujet en mouvement qui effectue un passage devant la caméra.

Travelling

Lorsque l’axe de la camera se déplace dans l’espace, on parle de ”travelling”. Il permet tout à la fois de suivre un sujet en mouvement, et de découvrir la géographie d’un lieu. Le mot “travelling” fait référence aux rails qui sont souvent utilisés, la camera étant fixée sur un petit chariot. Il existe des travellings latéraux (on se déplace à côté d’un personnage, ou le long d’un décor), des travelling avant, des travellings arrières.

Zoom

Le zoom permet de se rapprocher ou de s’éloigner d’un sujet sans déplacer la caméra.